Skip navigation

Monthly Archives: octobre 2009

Treize années de pratique pianistique et l’étude de la composition contemporaine ont peu à peu orienté Lydwine Van der Hulst vers la création sonore électronique. Son univers se caractérise rapidement par le détournement d’instruments traditionnels (notamment le piano), ainsi que la captation d’environnements sonores variés qu’elle sculpte et
manie pour obtenir un univers intime, cinématique.

Rapidement Lydwine partage son univers avec des plasticiens, des vidéastes, des danseurs pour trouver de nouvelles formes et temporalités musicales.

En 2005/2007 Lydwine fait partie du groupe de recherche Locus Sonus (3ème cycle en école d’art) dont la thématique est Audio/Réseau, Audio/Espace.

Au fur et à mesure de ses expériences, Lydwine s’interroge sur l’Écoute musicale, ainsi que sur la manipulation des différentes sources sonores (rapport geste/son).  Ces questionnements vont donner naissance à différentes interfaces musicales présentées sous la forme d’installations sonores.

Lydwine Van der Hulst crée dans un premier temps le KaskPam qui propose de manière ludique d’écouter dans un casque de coiffure le « stream » du port autonome de Marseille (flux, son téléporté en direct et en permanence de par la mise en place d’un micro relié à un ordinateur lui même relié  au réseau de l’internet), interrompu par des interludes personnalisés. (2006)

En 2006 l’équipe de  Locus Sonus dont elle fait partie  met au point un dispositif pour le projet Locustream, le Locustream Tuner: une corde est tendue dans l’espace sur laquelle glisse un curseur qui pilote le passage d’écoute d’un stream à un autre stream.

Intéressée en temps que musicienne par le Locustream Tuner, Lydwine Van der Hulst en poursuit le développement à titre personnel et invente l’Audiofil, un méta instrument qui matérialise les sons électroniques de manière expressive, spatiale et personnelle.
L’audiofil concrétise son interrogation sur la relation geste/écoute jusqu’à les dissocier, afin de rendre l’écoute primordiale; le geste ne devenant plus qu’une conséquence, une réaction personnelle du corps de celui qui en joue. Installation sonore performée et interactive à la base,
l’Audiofil se présentera plus tard sous la forme d’un véritable instrument de musique lors d’une performance visuelle et sonore improvisée –alyM intégrant le batteur Mehdi Dekkari et la danseuse Alice Galodé.

Lydwine Van der Hulst continue ses recherches autour de l’interface musicale  et présente en 2008 et 2009 une Pan/Aura/Mix, table de mixage préparée à l’occasion des Nuits Electroniques de l’Ososphère.

Dans un festival où il y a 6 salles de concert, on est souvent frustré de ne pas pouvoir être partout à la fois. La Pan/Aura/Mix permet au public d’entendre le son de chaque concert et de venir les mixer avec la table de mixage customisée à cet effet. Chacun peut ainsi créer son propre mix de la soirée.

RÉFÉRENCES:

Création sonore/collaborations:

« Bruit » Steve Stuart 2005, « Blanche » JM Alvès 2005, « Mille mondes » Etienne Rey

Live laptop:

Territoires électroniques mai 2006, Data (Marseille) déc 2006, l’Embobineuse (Marseille)févr 2007,   Share (New York)Août 2007…

Edition CD:

Label Bourbaki LY29′ mai 2006

Installations sonores:

KaskPam:  City Sonics Juillet 2006, Ososphère Sept 2006,Arborescence Oct 2006

Audiofil: 2007 Ososphère, Place aux Jeunes, 2009 Strasbourg

Pan/Aura/Mix 1: sept 2008 Les nuits électroniques de l’Ososphère

Pan/Aura/Mix 2: sept 2009 Les nuits électroniques de l’Ososphère

Performances:

Atoll: projet d’improvisation électronique avec Olivier Zol et Didier Simione Point de Bascule (Marseile) sept 2006, Fées d’hiver (Embrun) avril 2008

alyM: 2008 la Distillerie (Aubagne), Musée Fujak pour le festival off d’Avignon, 2009 alyM aux Fées d’hiver (Embrun), 2009 Mélodies en Mai (Pujaut)

Résidences:

Steim, Ososphère, Fées d’hiver, la Distillerie

audiofil

crédit Olivier Otteni

Dans la lignée des méta instruments,  l’Audiofil matérialise les sons électroniques.
Une corde est tendue dans l’espace, sur une longueur de 10 mètres.
Par des moyens électroniques, les gestes et le déplacement du curseur sur le fil  tantôt déclenchent des sons, tantôt les modulent, les colorent, les excitent.
Ceux ci sont composés pour l’instrument, à partir d’enregistrements d’instruments traditionnels, d’ambiances urbaines, auxquels s’ajoute la voix de Lydwine qu’elle sample en direct.

Les échantillons sonores s’étalent sur le fil quand ils sont chargés. Un curseur glisse sur une corde tendue dans l’espace et, relié à un ordinateur, pilote le passage d’écoute d’un son à un autre, tel un tuner. On peut aussi imaginer que le déplacement du curseur agit comme une tête  de lecture sur un vinyl étendu:
les traversées de la « performeuse » lisent et révèlent des sons d’une touche à chaque fois différente.

Avec l’Audiofil, le geste ne précède pas le son, il est guidé par l’écoute du son et devient une réaction
personnelle du corps de celui qui en joue.

L’audiofil a été conçu à la suite des travaux réalisés au sein du laboratoire Locusonus
Co-prod:  Steim d’Ososphère et Transcultures/City Sonics
Design+scéno: Olivier Otténi.
Développeurs: Léopold. Frey & Charles Bascou
alyM est soutenu par Fées d’hiver


audiofil

Crédit Philippe Lepeut« photo P. Lepeut

crédit Anne Roquigny

Installation sonore interactive créée pour les nuits électroniques d’Ososphère 2008 et 2009.

Connectée aux 6 salles du festival, la Pan/Aura/Mix renouvelle le rapport à la dynamique des soirées électroniques à espaces multiples issues du courant techno en proposant, de manière oblique et ubique, d’être partout à la fois : une table de mixage préparée, mise à disposition de DJ issus des flux de publics ou programmés, permet de créer en temps réel un mix de la soirée. Les spectateurs peuvent entrer et rester écouter s’ils le souhaitent, révélant éventuellement un lieu scénique qui expérimente le croisement entre les logiques de mix et celles issues des musiques improvisées.

Production : Quatre 4.0
« Pan/Aura/Mix » est une création originale pour Les Nuits Electroniques de l’Ososphère.
Scénographie : Olivier Otteni
Développeur: Léopold Frey

Pan/Aura/MixPan/Aura/MixPan/Aura/Mix

Pan Aura Mix

Crédit Olivier Otteni

Pan/Aura/Mix

Pan Aura Mix 25 09 09 (12)

crédit Olivier Otteni

L’audiofil s’enrichit aujourd’hui d’une batterie électronique. Livré à l’exercice de l’improvisation entre Lydwine Van der Hulst, Mehdi Dekkari, l’instrument dépasse son aspect purement expérimental et prend une tournure plus dynamique, plus pop.
Dépassant la tentation conceptuelle, l’art numérique est ici interrogé en tant qu’expérience humaine, accessible à tous puisque l’Audiofil peut même être livré aux manipulations du public.

alyM, c’est aussi une performance visuelle et sonore improvisée -avec la  danseuse contemporaine Alice Galodé.
Alice porte physiquement le son et l’éclate dans l’espace. C’est la prise à la terre.
Avec alyM, la musique en mouvement plonge le public dans un environnement fantastique
où les gestes se déploient et dessinent un espace particulier à chacun des trois acteurs.
La contemplation, la surprise, la dynamique rythment la narration musicale et chorégraphique qui se construit autour des spectateurs.
La démarche d’improvisation de Lydwine, Alice et Mehdi  permet de conserver la fraîcheur d’une première rencontre et renouvelle ainsi chaque fois la proposition.
Le public peut déambuler dans l’espace et par la suite, s’il le souhaite, éprouver l’Audiofil.

alyM a été présenté au festival Off d’Avignon, Juillet 08 au Musée Fujak, à Strasbourg Place aux jeunes avril 09, aux Féeries nocturnes Embrun mai 09, aux Méli Mélodies en mai à Pujaut, mai 09

festival Off Avignon 08, crédit O. Huet

alyM, festival Off Avignon 08, Musée Fujak crédit O. HuetalyMalyMalyMalyMalyMalyMalyMalyM

alyMalyM

Crédit Sebastien Lebègue